Après l’avoir célébrée sur le balcon « 3al-balcon » l’an dernier, voilà qu’en 2021 la fête de la Musique descend dans la rue « 3al-tarik »... Un pas de plus vers la liberté

Culture - Publication

La musique se fête dans la rue, « un pas de plus vers la liberté »

Après l’avoir célébrée sur le balcon « 3al-balcon » l’an dernier en raison du confinement, voilà qu’en 2021 la fête de la Musique descend dans la rue « 3al-tarik ». Du 18 au 21 juin, en présentiel et en ligne, l’Institut français organise une célébration au format hybride. Bénédicte Vigner, attachée culturelle à l’ambassade de France au Liban depuis 2018, fait part à « L’Orient-Le Jour » du programme des festivités.

OLJ / Par Propos recueillis par Danny MALLAT, le 18 juin 2021

Après un long confinement, qui a brimé les artistes et muselé les talents, la fête de la Musique revient en 2021 en format hybride. Comment s’est déroulée la version 2020 ?

Mise en place en moins d’une semaine, la fête de la Musique 2020 avait récolté un énorme succès. Les Libanais, confinés depuis des mois, avaient partagé une centaine de vidéos. La région du nord du Liban avait été très prolifique et des jeunes, des enfants, même des familles avec un fond de paysage de montagnes libanaises ont participé à cette aventure. Les Libanais avaient besoin de se réapproprier la fête de la Musique. Cette année, nous faisons un pas de plus vers la liberté...

L’Orient-Le Jour est le seul quotidien libanais d’expression française, né le 15 juin 1971 de la fusion de deux journaux, L’Orient (fondé à Beyrouth en 1924) et Le Jour (fondé à Beyrouth en 1934)... Lire la suite, cliquer ici.

Lien : L’entretien sur le site de l’Orient-Le-Jour

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)